Divers,  Littérature

Les Rois Maudits de Maurice Druon

« Maudits ! Je vous maudits ! Jusqu’à la treizième génération de vos races ! » Voici les mots proférés par Gérard Depardieu dans l’adaptation des Rois Maudits par France télévision en 2005 où il interprète Jacques de Molay, dernier maître de l’ordre des Templiers. Puissante malédiction, cette phrase est la base de l’œuvre de Maurice Druon : Les Rois Maudits.

J’ai vu cette adaptation avec la famille Depardieu (Gérard en Jacques de Molay, Julie en Jeanne de Bourgogne et Guillaume en Louis X dit le Hutin), Philippe Torreton (Robert d’Artois) et Jeanne Moreau (Mahaut) avant de lire les livres. Pour être honnête, j’ai découvert que c’était une saga littéraire il y a seulement un an ou deux. D’ailleurs, j’ai profité de la réédition de l’intégrale par Plon fin d’année dernière pour l’acheter et me plonger dans ce roman historique de 1343 pages dans sa dernière édition.

Les Rois Maudits – France Télévision – 2005

Les romans :

Cette saga se compose de 7 romans :

  • Le roi de fer (1955) : ce tome se consacre à la fin du règne de Philippe Le Bel. C’est dans ce tome qu’est proféré la terrible malédiction qui va toucher Philippe Le Bel et son entourage. L’ordre du Temple prend fin et débute une période d’instabilité sans précédent dans l’histoire de France. Au menu : bûcher, conspiration, adultère et j’en passe.
  • La reine étranglée (1955) : Louis X dit le Hutin succède à son père. De nouvelles intrigues s’amorcent sous son règne. La guerre pour la couronne fait rage !
  • Les poisons de la couronne (1956) : Le règne de Louis X suit son cours mais la Cour ne cesse de s’agiter.
  • La loi des mâles (1957) : Le règne de Louis X prend fin et son frère Philippe V dit Le Long lui succède après avoir créé une loi qui interdit désormais aux femmes d’hériter ou transmettre héritage.
  • La louve de France (1959) : Petite ellipse, le règne de Philippe V est résumé en introduction du tome et nous passons à son successeur, son frère cadet : Charles IV. Ce tome se concentre sur le personnage et les intrigues de la reine d’Angleterre, Isabelle, fille de Philippe Le Bel et épouse du roi Edouard II.
  • Le Lis et le Lion (1960) : la lignée de Philippe Le Bel n’a pas survécu. Aucun de ses fils n’a donné de descendant mâle viable donc c’est Philippe de Valois, neveu de Philippe Le Bel, fils de Charles de Valois qui monte sur le trône. Il écope du surnom du « Roi trouvé ». Ce changement de branche va entraîner un conflit entre la France et l’Angleterre : la fameuse Guerre de cent ans.
  • Quand un roi perd la France (1977) : ce tome est très différent des autres. Une seule voix : celle du cardinal Talleyrand-Périgord qui nous raconte la débandade du roi Jean II dit Le Bon et comment les anglais ont réussi à le faire prisonnier.

J’ai tenté de résumer ces ouvrages sans trop vous en dévoiler. L’ensemble de la saga utilise des faits historiques réels. D’ailleurs, l’édition chez Pion dispose à chaque fin de tome (sauf pour le 7) de nombreuses notes historiques qui expliquent certains faits/mots de vocabulaires.

Ces 7 livres se lisent tout seul et comme moi, peut-être, vous aurez envie de les faire durer en arrêtant exprès la lecture ou en réduisant votre nombre de page quotidien pour ne pas avoir à le refermer. Il laisse un vide après lui comme la plupart des bons livres. Le lecteur tisse avec l’œuvre une relation tellement forte qu’il a du mal à revenir à la réalité et à réaliser que le voyage est terminé.

Ce livre, je le relirai, j’en suis sûre, mais rien ne remplacera la première lecture et les premières émotions qu’elle procure.

Les Rois Maudits, l’origine de Game of Thrones ?

Non, ce titre n’est pas putaclic (bon c’est pas avec mes 50 visites mensuelles et en sélectionnant l’un des mots les plus bruyants du Web que je vais réussir cet exploit). L’édition de chez Plon dispose d’une très courte préface de George R. R. Martin, le papa du Trône de fer considère Druon comme une de ses inspirations pour son oeuvre. On compare régulièrement Martin à Tolkien mais après la lecture des Rois Maudits, je trouve que Martin s’inspire beaucoup plus de Druon et du roman historique en général que de Tolkien.

Tolkien accordait énormément d’importance à la construction et la cohérence de son univers mais faisait peu cas de la politique. Martin lui, place la politique au premier plan tout comme Maurice Druon dans ses romans. Dans Les Rois Maudits comme dans l’oeuvre de George R. R. Martin, la politique est centrale et fait avancer l’histoire. Tout est lié. On passe moins de temps à vous décrire l’environnement qu’à vous conter les différentes relations entre les protagonistes. Tout est politique.

En somme, lisez cette saga, partez vous aussi chevaucher avec Robert d’Artois, Philippe Le Bel et les autres ! Découvrez l’histoire de France sous un autre angle. Je regrette qu’on n’étudie pas plus le roman historique en cours car c’est vraiment un genre riche et très intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :