Il y a des dates plus importantes que d’autres et pour Intramurock, le week-end du 9 et 10 novembre marquait la 18ème édition de ce festival local. Ah la majorité … C’est beau n’est-ce pas ? Alors, un petit retour sur cette édition, ses groupes et un week-end du tonnerre en tant que bénévole (pour la 7ème année consécutive !).

Pour ma part, je me suis levée à 06h30 pour aller prendre un avion et vite arriver à Lille. Ensuite, j’avais quelques petites choses à régler avant de m’y rendre, donc j’ai pas vraiment pu participer à l’installation et la préparation. De même pour le démontage auquel je n’ai pas pu prendre part car ce week-end était un week-end marathon (festival, anniversaire, famille, amis). Arrivée sur place, c’est la tournée des bisous, la découverte de nouvelles têtes, les retrouvailles avec les anciennes et tout un cirque pour trouver mon badge bénévole. Une fois équipée, ayant dit bonjour à tout le monde, j’attends avec impatience mon précieux : la caisse qui grince. Bon, cette année elle ne grinçait plus … Un peu déçue mais il faut faire avec. Cette année, un repas est prévu pour les bénévoles et c’est super car ça nous évite le sandwich entre deux rush à la billetterie. On peut se poser, discuter, se relaxer avant le début de la soirée. Niveau organisation, tout est géré d’une main de maître et après un bon petit repas, c’est parti, les Spice Girls reprennent leurs positions à la billetterie. 

Petite particularité de cette année, il n’y a pas eu de gros rush lors de l’ouverture des portes mais des petits à différents moments de la soirée. Autre nouveauté : on a un portable pour scanner les billets électroniques (oui, oui on se modernise). Bracelets, billets s’enchaînent, les festivaliers arrivent par vague et le premier groupe : Stretching Døk commence. Je n’ai pu voir que le dernier groupe de chaque jour donc je ne peux pas juger de la prestation scénique mais en tout cas, ça se laisse écouter et c’est fichtrement pas mal. Petite pause musicale entre les groupes avec Mat aux platines, le temps pour la technique de changer de plateau et arrive Les Bitnicks. Les festivaliers continuent d’affluer. A la caisse, on essaie de mettre tout le monde de bonne humeur à coup de blagues et de grands sourires. Cette année, on aura encore du jouer aux devinettes parfois avec des gens qui nous présentent de l’argent mais ne nous disent pas ce qu’ils veulent en faire. On compose comme on peut. La soirée passe. Les Bitnicks finissent leur set et c’est maintenant à No Thank You de jouer. Ce groupe envoie du pâté. J’ai vraiment beaucoup aimé. Sur les coups de 23h, la billetterie ferme (enfin !) et on peut aller dans la salle profiter de Fire Wheel Corporation, un groupe de metal composé de petits jeunes qui ont déjà un sacré talent et une sacrée présence sur scène. Autant dire que ça déménage sur scène et dans le public et ça, ça fait plaisir. La soirée se termine, les portes se ferment et il est temps de rentrer chez papa et maman piquer un p’tit somme pour attaquer la deuxième journée.

Le 10 novembre, un jour très spécial puisque c’était mon anniversaire donc une journée marathon commence ! Repas en famille, balade sur la digue pour faire coucou à la mer que je ne reverrai pas avant de longs mois, profiter des parents et de la petite soeur et puis partir pour retourner sur le festival. Comme la veille, il n’y avait pas grand chose à préparer, donc j’en profite pour écouter et regarder les balances du premier groupe de la soirée, les très célèbres (et appréciés) Guitares & Co. Ensuite, on me refuse l’entrée dans la cuisine et j’ai le droit à un superbe gâteau fait maison pistache-framboise (miam !) et à une montagne de cadeaux (à tel point que je n’ai pas pu les ramener dans la valise). J’en profite pour redire merci à la bande de fous qui me sert d’amis, vous êtes les plus mignons et les plus géniaux de tous les gens de la Terre (si, si, je vous jure). Après tout ça, c’est reparti, il faut ouvrir les portes et l’équipe des Spice Girls reprend sa place afin d’accueillir les festivaliers de cette nouvelle soirée. Même phénomène que la veille, pas de gros rush à l’ouverture mais une multitude de petits rushs étalés sur la soirée. Guitares & Co ouvre les hostilités. Toujours aussi sympa comme concept et musicalement également. Arrive ensuite Colonel Moutarde. Bon, je dois avouer que je n’ai pas beaucoup de souvenirs de leur passage … Je sais c’est pas bien mais je devais être occupée à discuter ou faire des bêtises à l’accueil. Sam Sauvage investit les lieux et là, c’est un choc. Tout d’abord, musicalement car dans un tout autre style que le reste de la soirée mais aussi de part le contraste entre la maturité de sa voix et sa bouille de jouvenceau. Un sacré talent le damoiseau. Pareil que la veille, arrive le moment de fermer la caisse pour pouvoir profiter du show des copains : Diaclase ex-Sharp Noise. D’ailleurs, Simon m’a fait un super cadeau : le T-shirt du groupe ! Donc j’ai pu jouer la groupie en enfilant mon T-shirt, en dansant et criant comme une folle (bon dans les faits, j’étais un peu fatiguée et j’avais pas beaucoup de voix mais c’est l’intention qui compte non ?). Le show se termine dans une absolue bonne ambiance et il faut fermer les portes pour ne les rouvrir que l’année prochaine.

Que dire de cette édition ? C’était de la bombe, tout simplement. Des découvertes sympas, du renouvellement au niveau des groupes présents, une ambiance toujours topissime, des gens géniaux, prêts à passer un bon moment et une machine photo pour faire les plus belles tronches de Rock possibles (comme sur les photos qui suivent). Bref, encore une édition au top ! Vivement l’année prochaine !

Si vous voulez voir l’Aftermovie réalisé par LK Vision, c’est par ici !

Photo ©LK Vision

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *