Retour aux sources ?

Dans une petite semaine, je serai de retour à Valence. Il s’avère que se mélange en moi deux émotions : l’impatience et l’anxiété. C’est étonnant, je pensais que retourner à « la maison » ou en tout cas, dans la ville qui a été ma maison pendant une année, ce ne serait que de l’excitation. Pourtant, il s’avère que je suis quelque peu anxieuse d’y retourner.

Cette anxiété s’explique par l’absence des gens avec qui j’ai partagé cette aventure. Je retourne à Valence mais les personnes qui j’y ai connu, avec qui j’ai partagé des aventures plus loufoques les unes que les autres ne seront plus là. Exception faite d’un ami que je retrouve exprès pour faire les Fallas. Je pense que j’ai aussi une certaine appréhension à cause de la crainte d’être submergée par plusieurs émotions contradictoires. En effet, Valence représente une très grande expérience de ma vie, des bonnes comme des mauvaises. C’est pourquoi y retourner pourrait ramener des bons comme des moins bons souvenirs. Néanmoins, ne serait-ce que l’idée de repartir me fait du bien et me donne envie d’y être. Repasser dans ces rues, revoir ces bâtiments devant lesquels je passais tous les jours. L’ami chez lequel je vais habite à deux pas de mon ancien appartement, celui dans lequel j’ai passé la majeure partie de l’Erasmus. Je repars donc dans un quartier connu mais aussi, dans un quartier plein des souvenirs de toutes ces personnes avec lesquelles j’ai partagé des aventures plus ou moins longues.

A une semaine du départ, c’est l’excitation qui prend le dessus. L’excitation et l’envie aussi. J’ai envie d’y être, de profiter de ces quatre jours qui seront très certainement, comme en dehors du temps. J’ai envie de revivre l’atmosphère particulière des Fallas même si je n’oublie pas ce qui m’avait déplu la première fois. Et surtout, j’ai envie de revoir cette ville et cet ami, de me refaire des souvenirs, de nouveaux souvenirs. Trois ans … C’est beaucoup trop long trois ans ! En août, très exactement le 08, ça fera quatre ans que je suis montée dans l’avion pour vivre l’aventure Erasmus. Aujourd’hui, ça me paraît loin, très loin, un peu comme une autre vie. Beaucoup de choses ont changé et pourtant, je trépigne d’impatience à l’idée de retourner dans cette ville : Valence, Valencia en espagnol. J’ai presque le même sentiment que si je rentrais dans le Nord, à la maison. Alors, j’attends patiemment de reprendre l’avion et de revoir cette ville. Peut-être qu’une larme coulera ou que j’aurai le cœur un peu serré mais cela ne prendra pas le dessus sur ce sentiment de joie et d’allégresse que me procure la simple pensée d’y retourner.

En quelque sorte, après 3 longues années, je rentre à la maison. 

A mon retour, j’écrirai un article pour raconter mon voyage, ce que nous avons fait et bien entendu, je partagerai des photos des Fallas. Alors, à très bientôt pour un nouvel article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *